Faire une cure détox

Sommaire

La cure détox permet de nettoyer l’organisme en éliminant les toxines qui y sont présentes en excès.

Bien que l’idéal soit d’adopter au quotidien un mode de vie sain, faire une cure détox une ou deux fois par an est utile pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête.

1. Modifiez votre alimentation

Pour que les cures détox soient d’une plus grande efficacité, privilégiez-les au moment des changements de saison.

La première chose à faire lorsqu’on souhaite désintoxiquer son organisme, c’est de cesser de lui donner des toxines à gérer.

Concrètement, pour faire cette cure détox, vous devrez cesser de consommer :

  • des sucreries et des sucres raffinés (bonbons, pâtisseries, biscuits et boissons sucrées, notamment) ;
  • les aliments gras (charcuterie entre autres) et les fritures ;
  • les plats en sauce ;
  • les laitages (surtout le lait de vache, les crottins de chèvre, par exemple, sont possibles) ;
  • les excitants tels que l’alcool, le thé, le café.

Dans l’idéal, faites également en sorte de supprimer le gluten, présent notamment dans le blé. Cela signifie cesser de consommer :

  • des biscuits et du pain ;
  • des pâtes, des pizzas, etc.

Note : dans les magasins bios et dans les rayons diététiques des hypermarchés, vous trouverez des pâtes et des biscuits sans gluten.

En revanche, privilégiez :

  • les fibres en mangeant des légumes ;
  • les fruits de saison ;
  • les graines germées ;
  • les céréales complètes ;
  • les viandes blanches plutôt que les viandes rouges.

Si possible, consommez des aliments bios qui contiennent moins de pesticides et de toxiques que les autres. Buvez très régulièrement de l’eau plate.

Consulter la fiche pratique

2. Détoxiquez votre foie

La deuxième chose à faire lorsqu’on entame une cure détox, c’est de détoxiquer son foie. En effet, cet organe joue un rôle clé dans le processus de détoxification de l'organisme, notamment en inactivant les substances toxiques. Plusieurs plantes sont intéressantes pour l'y aider. Parmi les principales, citons :

  • Le chardon Marie, le plus important des hépatoprotecteurs avec ses propriétés détoxifiantes. Cette plante favorise la multiplication et la régénération des cellules hépatiques tout en inhibant l’absorption des toxiques et en neutralisant les radicaux libres. Cette plante est à prendre en gélules, en teinture mère (30 gouttes dans un verre d'eau trois fois par jour) ou en tisane (une cuillerée à soupe pour 200 ml d'eau bouillante).
  • Le desmodium, sous forme de gélules de 180 mg. Cette plante est un excellent hépatoprotecteur (elle est même capable de normaliser les jaunisses).
  • le pissenlit qui est cholérétique (il stimule la sécrétion de la bile dans le foie) et cholagogue (il facilite l'évacuation de la bile vers l'intestin) :
    • en prenant les jeunes feuilles et les boutons de fleurs en salade ou en soupe ;
    • en décoction à raison d’une cuillère à café de racines séchées par tasse trois fois par jour (attention, c’est très amer) ;
    • en gélules dosées à 250 mg (deux le matin et deux à midi avec un grand verre d’eau).
  • L'artichaut qui, comme le pissenlit, est cholérétique et cholagogue, et qui favorise l’élimination des substances toxiques solubilisées dans la bile. Il est à consommer en décoction à raison de 10 à 20 grammes de feuilles d’artichaut pour 1 litre d’eau chaude.
  • Le radis noir qui est le meilleur des draineurs hépatiques capable de capturer les radicaux libres et de favoriser leur élimination. Il est à consommer sous forme de jus, en ampoules ou en gélules ;
  • Le bouleau sous forme d’ampoules (une tous les matins à jeun).
  • Le boldo, qui est à la fois hépatoprotecteur et détoxifiant,est à prendrede façon ponctuelle sous forme de gélules de 200 mg ou en infusion (2 cuillères à soupe de feuilles dans 1 litre avec 10 minutes d’infusion), deux fois par jour, avant les repas (à éviter chez les femmes enceintes et les personnes sujettes aux calculs biliaires).
  • Le fumeterre en gélules de 200 mg (deux le matin et deux à midi avec un grand verre d’eau).
  • Plus simplement, prenez un jus de citron fraîchement pressé le matin à jeun.
Consulter la fiche pratique

D’un point de vue médicamenteux, le drainage hépatique peut se faire grâce à l’aide des remèdes homéopathiques Poconéol (à commander en pharmacie) en prenant notamment les complexes n°1 (draineur général) et n°7 (draineur hépato-rénal) à raison de 5 à 15 gouttes par jour dans un demi-verre d’eau, à répartir en plusieurs prises et à distance des repas.

Vous pouvez également prendre de l’élixir du suédois, un remède universel particulièrement utile pour drainer le foie et pour redonner sa vitalité à l’organisme.

Enfin, certaines huiles essentielles (HE) hépatoprotectrices peuvent être envisagées : l'HE de carotte sauvage (régénérante et stimulante du foie) et l'HE de citron (protectrice, décongestionnante et détoxifiante des cellules du foie). On peut également utiliser d’autres huiles essentielles détoxifiantes, comme l’HE de romarin à verbénone, l’HE de Lédon du Groenland, ou encore l’HE de Livèche.

Vous pouvez notamment réaliser un mélange dans un flacon compte-gouttes avec 25 gouttes d’huile essentielle de citron, de livèche et de céleri. Puis, diluez 2 gouttes de ce mélange dans une cuillère à café d’huile végétale alimentaire et prenez-en deux fois par jour à la fin des repas, pendant 15 jours.

3. Favorisez le drainage des reins

Avec le foie, il est essentiel de drainer les reins qui constituent une zone d’élimination des toxines fondamentale de notre organisme.

Outre le Poconéol n°7 déjà cité, vous pouvez prendre des remèdes phytothérapeutiques à base de :

  • queues de cerises sous forme de gélules de 210 mg ou en tisane ;
  • frêne, soit en gélules de 250 mg, soit en extrait liquide ;
  • aubier de tilleul (riche en acides phénols, tanins, coumarines, acides aminés et phloroglucinol) à prendre sous forme de décoction à raison de 40 g/litre.
Lire l'article

4. Favorisez l’élimination des toxines au niveau de la peau

La peau fait partie des émonctoires (zone d’élimination des toxines) primaires avec les reins, les poumons et les intestins.

Pour favoriser l’évacuation des toxines à ce niveau, frictionnez-vous avec un gant de crin lors de la douche. Cela éliminera les cellules mortes, stimulera la circulation sanguine et accélérera le rejet des toxines.

5. Oxygénez votre organisme

  • Faites en sorte de respirer du ventre aussi souvent que possible.
  • Faites du sport pour favoriser l’oxygénation ainsi que l’élimination des toxines via la peau en transpirant.
  • Vous pouvez soit pratiquer un sport en particulier soit marcher, faire de la natation, du vélo ou, plus doux encore, du taï-chi-chuan ou du qi gong.
Consulter la fiche pratique

6. Gérez votre stress

Dans la mesure où le stress est générateur de radicaux libres et de toxines que le foie doit se charger d’éliminer, limiter son stress est essentiel dans le cadre d’une cure détox.

Pour vous y aider, vous pouvez :

  • vous mettre à la méditation ;
  • suivre des cours de yoga ;
  • vous rendre à des séances de sophrologie ;
  • faire appel à un thérapeute pratiquant l’hypnose et/ou la PNL (programmation neurolinguistique)...

De même, dormir correctement est essentiel pour vous aider à gérer plus correctement votre stress.

Consulter la fiche pratique
Consulter la fiche pratique

Ces pros peuvent vous aider