Chrononutrition

Sommaire

Les régimes alimentaires sont nombreux et variés, il y en a pour tous les goûts ! Le chrononutrition est l’un d’entre eux. Il propose de se baser sur la chronobiologie, c’est à dire de s’adapter au rythme biologique des individus. On vous en dit plus.

Principes de la chrononutrition

À noter : c’est le Dr Alain Delabos qui a développé le concept de la chrononutrition en 1986. Il a été repris par Jean-Robert Rapin, chercheur en pharmacie, en 1994.

Les principes en sont les suivants :

  • ce ne sont pas le choix des aliments ou leur quantité qui priment, mais le moment de la journée auquel on les consomme ;
  • la priorité est donnée à l’instinct ;
  • sont pris en compte l’appétit du sujet, sa morphologie, son milieu de vie et ses activités.

Selon le régime de chrononutrition, il est recommandé de manger en fonction des sécrétions enzymatiques et hormonales, pour métaboliser les protéines, lipides et glucides le mieux possible :

  • le but est de diminuer le risque de stocker ce que l’on mange ;
  • par exemple, manger gars et protéiné quand le corps sécrète des lipases et des protéases, ou manger des glucides lents quand il y a sécrétion d’amylases.

À noter : le soir, peu d’enzymes digestives sont sécrétées, et l’assimilation des aliments est grandement ralentie.

Chrononutrition : quels aliments consommer et quand ?

Le régime de chrononutrition consiste d’abord à établir le morphotype d’une personne, en déterminant ses mensurations :

  • le poids ;
  • la taille ;
  • le tour de poitrine ;
  • le tour de taille ;
  • le tour de hanche ;
  • la largeur du poignet.

Ensuite, il s’agit de proposer une diète, en fonction des mensurations de la personne. Ainsi l’organisation d’une journée type est la suivante :

  • Des aliments riches au petit-déjeuner :
    • pain, beurre ou huile d’olive, fromage, thé, tisane ou café ;
    • pas de jus de fruit.
  • Des protéines animales et des féculents le midi :
    • viande, volaille, œufs, charcuterie, poisson et des féculents comme des pâtes ;
    • pas de salade, de fromage, de dessert, de vin ni de pain.
  • Des sucres naturels et des oléagineux pour le gouter :
    • fruits frais, fruits secs, jus de fruits, confitures, chocolats ;
    • huiles d’arachide, d’olive ou encore de noix.
  • Des protéines légères à digérer et des légumes le soir :
    • poisson ou fruits de mer
    • pas de potage.

Bon à savoir : le petit-déjeuner et le déjeuner sont obligatoires, mais le diner ne l’est pas.

La chrononutrition interdit la consommation de certains aliments, comme :

  • les soupes ou les potages ;
  • les sauces sucrées ;
  • les aliments allégés ;
  • les laitages autres que le fromage.

À noter : il est toléré de faire un ou deux écarts dans la semaine, en allant par exemple au restaurant.

Régime de chrononutrition : de nombreux inconvénients

L’avantage de ce régime est notamment la grande quantité de protéines à consommer. Cela entraîne une plus grande sensation de satiété.

Mais il existe des inconvénients. Citons par exemple :

  • le régime est peu varié ;
  • il est difficile à suivre loin de chez soi, puisque les quantités d’aliments sont établis en fonction de la taille de la personne ;
  • l’apport calorique est élevé, et la perte de poids faible ;
  • riches en matières grasses, le régime peut contribuer aux maladies cardio-vasculaires ;
  • la teneur en fibres est faible ;
  • les laitages étant non autorisés (sauf le fromage), il existe un risque de carence en vitamine D.

Pour aller plus loin :

  • Parmi tous les régimes existants, lequel choisir ? Téléchargez gratuitement notre guide des régimes et vous aurez un panorama complet de la question.
  • Le régime hypocalorique : peut-être celui qui aura votre préférence...
  • Un aperçu bien documenté sur le régime hyperprotéiné, une autre possibilité qui peut vous convenir.

Ces pros peuvent vous aider